fresh menu leftfresh menu right
OSPUN

Bulletins d'information

Visiteurs en ligne

Nous avons 94 invités et aucun membre en ligne


 

Réalisation d'un recensement des infrastructures et services sanitaires de Nouakchott

La Communauté Urbaine de Nouakchott vient d’achever la réalisation d’une étude portant sur « l’identification et l’analyse des infrastructures et services sanitaires à Nouakchott ». L’Observatoire des Services et du Patrimoine Urbains de Nouakchott (OSPUN), instrument de la CUN en charge du traitement de l’information pour l’aide à la décision, a organisé une restitution/débat dudit rapport d’études ce lundi 8 octobre dans la salle de conférence de la Communauté Urbaine de Nouakchott 

Cette rencontre, a était presidé par le Président de la CUN, Mohamed Hamza, en presence du secretaire générale du ministère de la santé, Sidi Ali Ould sidi Boubacar, du représentant de la direction régionale de la santé, des maires, préfets et médecins chefs des communes et de la partie civile…

Ce rapport réalisé par l’ Observatoire des Services et du Patrimoine Urbains de Nouakchott (OSPUN), avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France, restitue les résultats d’une enquête relative à l’identification de l’offre sanitaire au sein des neuf communes de la ville de Nouakchott : Arafat, Riadh, El Mina, Sebkha, Tevragh Zeina, Ksar, Teyarett, Dar Naïm, Toujounine. 

 

Ainsi la ville de Nouakchott aurait une population estimée aux alentours de 1 100 00 habitants à ce jour et compterait 214 unités de soins (ne sont pas pris en compte les pharmacies, les laboratoires d’analyse et les ONG). La population moyenne pour une unité de soins est de 5 172.

Ce rapport souligne l’inégale répartition des services et infrastructures sanitaires au sein de chaque commune comme nous dit Khady Ba Coordinatrice de l’étude « Nouakchott connait un profond déséquilibre dans la répartition des unités de soins au sein des neuf communes. Les communes de Tevragh Zeina et du Ksar sont les mieux pourvues en structures de soins. 

Si les unités de soins sont plus nombreuses à Arafat qu’au Ksar, le poids démographique d’Arafat fait qu’il y a une structure de soins pour 7 585 personnes à Arafat contre une pour 1 937 au Ksar. 

Arafat, Ksar et Tevragh Zeina regroupent à elles seules 62% de l’ensemble des unités de soins de la ville, alors que les communes du Tevragh Zeina et du Ksar sont parmi les moins peuplées de Nouakchott (Tevragh Zeina est vaste, mais très peu dense). La situation est préoccupante à El Mina et à Toujounine où l’on observe respectivement 19 428 et 15 213 personnes pour une unité de soins (cabinets médicaux compris) » . (voir tableau)

CommuneUnité de soins

Population par unité de soins

Arafat337 585

Dar Naïm206 265

El Mina1019 428 

Ksar311 937

Riadh106 414

Sebkha156 420 

Tevragh Zeina691 098

Teyarett154 890

Toujounine1115 213

Total2145 172

« Par ailleurs, l’analyse globale du secteur de la santé montre que malgré les problèmes que connait ce secteur (manque de spécialisation des hôpitaux, manque des équipements sanitaires, problèmes d’organisation et de complémentarité entre les deux structures de santé publiques et privées etc..), on constate une dynamique évolutive traduite par l’augmentation en nombre des structures sanitaires. »

Lors de cette étude, deux problèmes majeurs ont été identifiés dans le secteur de la santé à Nouakchott:

- Les financements alloués pour le fonctionnement des infrastructures sanitaires, dont seul 4% du budget de l’Etat est alloué à ce secteur et sur ce montant, seul 17% sont consacrées au fonctionnement des postes et centres de santé (alors que cet indicateur est de 41 % pour les structures hospitalières).

- Des ressources humaines qualifiées ; avec seulement 1,6 médecin et 0,3 pharmacien pour 10 000 habitants, la Mauritanie manque cruellement de ressources humaines pour répondre aux besoins sanitaires de sa population. A ce jour, aucun médecin exerçant en Mauritanie n’a été formé dans le pays car aucune structure n’était jusqu’à présent habilitée à délivrer ce diplôme.

La rencontre s’est terminée par un débat entre acteurs du secteur de la santé et la partie civile, et ce fut l’occasion pour cette dernière d’exposer au secrétaire générale du ministère de la santé, les difficultés qu’elle rencontre pour avoir accès aux services sanitaires. A la sortie de la salle, une carte encadrée au format A0 des infrastructures et services sanitaires de Nouakchott a été remise aux maires et aux médecins chefs de chaque commune et Moughataa.


Copyright 2014 OSPUN